was successfully added to your cart.

Le département de l’Eure met en avant ses agricultrices, un grand merci !

20160219_image_actu_safran (1)

Myriam Duteil, première exploitation safranière de l’Eure, sera présente sur notre stand samedi 5 mars au Salon International de l’Agriculture.

Amoureuse de la Normandie depuis plusieurs années, Myriam Duteil a abandonné son métier de productrice dans l’audiovisuel pour s’installer dans le département de l’Eure et changer de vie. Situé à Saint-Pierre-de-Salerne, sur le canton de Brionne, le Domaine de Gauville produit la plus chère des épices du monde, le safran. Passionnée de cuisine, c’est naturellement qu’elle se tourne vers la culture de la terre. L’agriculture est une histoire de femme dans la famille. Petite-fille d’agricultrice, Myriam a été influencée par ses deux grand-mères Thérence et Madeleine. Elle était à la recherche d’une culture de qualité et respectueuse de l’environnement. Après de nombreuses formations et voyages, Myriam devient une experte en safran et débute son activité dans l’Eure en juin 2015.

Le safran se cultive à la main !

L’Eure est un terrain propice à la culture du safran. La qualité de la terre et le climat permettent au safran de bien se développer. Le bulbe du crocus sativus est en repos végétatif du mois de juin à la mi-août. De juillet à la mi-août, il est planté à la main tous les 12 cm et à 20 cm de profondeur. L’an dernier, 21 000 bulbes ont été plantés sur une parcelle de 1 200 m2. C’est fin septembre début octobre, que la floraison va débuter. La fleur a besoin d’un choc thermique pour se développer. Aussi, la poussée des boutons se fait la nuit à une température inférieure à 9° et  « C’est au petit matin que l’on cueille la fleur avant qu’elle ne s’ouvre. Cette étape est importante car elle détermine aussi la qualité du safran. Les pistils sont délicatement extraits à la main et triés pour ne garder que la partie rouge vermillon des stigmates. Nous les faisons ensuite sécher rapidement et à faible température. Ils perdent alors 80% de leur poids. Les pistils ainsi séchés passent du rouge brique au rouge sang, pour une meilleure qualité gustative. » explique Myriam Duteil.

L’épice la plus chère du monde

Vendu 35 000 € le kilo, le safran est l’épice la plus chère au monde. La France en produit 80 kg chaque année. Il faut en moyenne 200 fleurs à Myriam pour récolter 5 g de safran frais soit 1 g de safran sec. Toutefois, seuls quelques stigmates de safran sont nécessaires pour parfumer nos recettes. « Mon objectif est de produire 2 kg de safran dans 5 ans. Pour le moment, je garde précieusement ma récolte pour créer mes propres recettes. Je propose aussi à la vente des confitures, du vinaigre ou encore du miel et du pain d’épices au safran. » précise Myriam.

Le safran est bien connu pour ses pouvoirs colorants et ses qualités gustatives toutefois, il a aussi des vertus médicinales, pharmacologiques et il est beaucoup utilisé dans les produits cosmétiques. Peut-être une piste de développement pour Myriam qui a déjà beaucoup de projets dans la tête autour du tourisme et de la cuisine. Peut-être vous en dira-t-elle plus sur sa page facebook.

 

 

20160202_image_actu_sia

Leave a Reply